Chapitre 2 : Nicolas

N 34 1973

Une page très introspective, ce sera la seule…

Creative Commons Attribution-NonCommercial-NonDerivatives Certains droits réservés.

23 commentaires

Un visiteur ("R") a dit :

Enfin une (auto)biographie de Nico!!!! Une vraie vie de roman! Mais au moins on comprend d'où vient cette tristesse que l'on voit parfois dans ses yeux…

27 janv. 2012

KJF a dit :

J'aime beaucoup cette page ! Je te trouve courageux d'avoir créé un personnage qui te ressemble autant (on le fait tous un peu mais pas autant je pense) et du coup on ne sait pas ce qui est autobiographique ou pas, ce qui rend l'histoire encore plus intrigante.

27 janv. 2012

Arden a dit :

C'est bien vu comme découpage pour retracer rapidement une tranche de vie, ça rend la chose dynamique alors qu'en général ce genre d'exercice ne l'est pas.

28 janv. 2012

baphea a dit :

"R" > Oui, Nicolas est un écorché vif, d'où ses difficultés à vivre pleinement un véritable amour. Heureux que mes lecteurs aient pu se rendre compte de ses sentiments avant cette page :)

KJF > Comme c'est une auto-fiction, il y a des éléments personnels, vécus ou entendus, et d'autres qui sont romancés, je te rassure. Par contre, autant cette planche que les précédentes avec les dessins un peu “chauds” risquent de me compliquer la tâche pour dédicacer les planches plus tard ^^! ça me fera bizarre, mais demande à LittleEndian, Nicolas ce n'est pas tout à fait moi non plus…

Arden > Oui, je me suis resservi de la planche “souvenirs” de la partie d'Atika, dont la compo permet de rendre compte d'une vie en une planche.

28 janv. 2012

Randeum a dit :

Juste un truc par rapport à Judith… J'aimerais bien que tu ne sous-exploite pas ce personnage en la faisant mourir trop vite. Rien que sa description (Atika en brune) la présente comme un remplaçant obsolète, présente uniquement pour apporter un élément déclencheur-résolution au scénario (alors qu'elle n'en est jamais le centre).

Bref, j'aimerais que tu approfondisse l'idée de ce personnage et trouverais intéressant d'aborder cette histoire d'Amour du point de vu d'une personne qui n'y trouve pas son bonheur. Je m'explique :

(Opinion personnelle) La relation Atika-Nicolas est d'une naïveté enfantine, dés le départ nous savons qu'ils sont fait l'un pour l'autre, ils sont présenté à la manière du ying yang, comme des âmes sœurs acquises et irrévocables, comme des enfants qui s'aiment uniquement parce qu'ils se connaissent et qu'ils sont de sexe opposés, ils se taquinent, ils jouent à touche-pipi, on ne les voit jamais avoir de grande discussions où l'on pourrait découvrir ce qu'ils aiment dans la personnalité de l'autre, affronter d'autres problème d'adultes à part ceux de leur couple (qui ne leur vient que de malencontreux malentendus)… Ils vivent un amour pur et simple comme le premier, sans les déceptions et le reste. Un amour beau et inaccessible à ceux qui n'ont plus la force d'y croire, le meilleur des amours. Bref, c'est le couple parfait dont tout le monde rêve.

Du coup, je me permet de penser que le thème de l'amour ne devrait pas se limiter à ça… Pense aux blaireaux comme moi qui ne croient pas en ces trucs parce qu'ils ont trop connu les mauvais côté de cette chose (rejet, mensonge, tromperie, idéalisation, routine, obsession (y en a plein)). Certes, le but premier de ton histoire est de démontrer la beauté de cette notion, et c'est une valeur à défendre, je le conçoit. Mais Judith serait peut-être l'occaz' de penser à ces autres gens : ceux qui ne croit pas (ou plus) en l'amour, ceux qui ne le connaissent tout simplement pas, ceux qui ne sont pas assez beau ou parfait, ceux qui ne font que subir le bonheur des autre…

Parce que c'est bien ce qui va arriver à ce personnage, elle va se retrouver avec un homme qui ne l'aimera que pour sa ressemblance physique avec une autre, et finira par mourir tristement pour que la fameuse “autre” la remplace, le tout en espérant qu'elle sera vite oubliée, histoire que le fameux couple arrive à être enfin heureux malgré tout.

Tu vois l'injustice dont je parle ? Tu comprend la rancœur que pourrait éprouver ce personnage à la lecture de cette histoire ? J'aimerai qu'elle soit mise en valeur. Dans un sens, t'y as peut-être déjà pensé (vu la tronche de Nico à la fin de l'histoire d'Atika, les regrets et la haine qu'il doit éprouver envers sa personne on dû sérieusement le bouffer), j'espère juste que Judith ne sera pas présentée comme un simple dommage collatéral qui n'intervient que dans le but de foutre la zizanie dans la plus belle des histoire d'amour. C'est un être humain elle aussi, pas un simple élément scénaristique (oui, je prends ça très aux sérieux, t'avais qu'à pas qualifier ton œuvre “d'intimiste”).

Et avec un peu de chance, ce sera peut-être le seul personnage que j'arriverais à apprécier dans cette histoire (nah… J'déconne, j'aime bien Nicolas). ^^

PS: T'es pas obligé d'appliquer ce que je dis, c'est ta BD, je voulais juste aborder ce cas de figure.

PPS: (et le message habituelle de fin de critique :) Moi gentil Randeum, pas méchant critiqueur, juste un gros branleur, pitiez, pas taper. Moi juste vouloir discuter.

PPPS : (Publicité) Si vous aussi vous souhaitez recevoir une analyse suivie d'une critique sincère du scénario de votre œuvre, n'hésitez pas à me contacter. ;)

28 janv. 2012

Un visiteur ("R") a dit :

Je suis bien d'accord avec Randeum, j'y avais vaguement penser mais si Judith est plus développée, peut-être qu'elle aussi pourra devenir un personnage à part entière…

28 janv. 2012

Un visiteur (Boulanger) a dit :

baphea > […] il y a des éléments […] qui sont romancés, je te rassure.

Tu m'as fichu la trouille, j'ai vraiment cru que tu avais regardé Club Dorothée.

28 janv. 2012

Un visiteur (Boulanger) a dit :

Ah oui, et bravo au fait.

28 janv. 2012

Nerual a dit :

Sacré histoire de vie ! J'ai éprouvé de la peine pour tous ces gens à la lecture de ta page… Il y a une belle mise en scène, et j'aime l'idée d'évoquer les souvenirs en traits bleus sur fond noir, ça me fait penser à des négatifs de photos (et ça donne un petit côté fantomatique aux souvenirs, enfin c'est comme ça que je le ressens).

Vivement la suite :)

28 janv. 2012

baphea a dit :

Randeum > depuis le départ, j'essaye de jouer avec les faux-semblants, et la suite ne devrait pas déroger à la règle surtout que l'éclairage de Nicolas après son histoire avec Judith va déterminer la fin… mais je vais pas spoiler comme un porc, donc…

Judith va revenir, dans un rôle un peu particulier, mais je me demandais si elle avait (déjà) trop de place avec l'intervention à venir, sachant que c'est l'histoire de Nicolas, et que j'ai pas envie de faire du Santa Barbara à rallonge.

Pour le scénario, je n'ai jamais voulu défendre une idée de l'amour, encore moins la beauté de l'amour (l'épisode de la banane d'Atika), juste de dépeindre ce que j'en connaissais. Maintenant, je me dis que tu as des arguments quand même solides, et qu'il faudrait que je suive sur d'autres projets ;p Même si, je te l'ai dit en MP, vos commentaires orientent quand même mon travail.

Pour finir, je te remercie pour le suivi que tu fais de ce travail, et de tes petites notes d'humour qui éclairent mon visage quand je les lis :D

"R" > je voulais justement éluder Judith, et je vais éviter de faire un spin-off avec elle, mais il faut croire que sa présence ou son absence interpelle ^^'

Boulanger > lol mais j'ai regardé le Club Dorothée (honte à moi) XD

Nerual > Il y a des destins un peu plus joyeux, c'est clair! Je suis content de voir que l'effet de négatifs des anciennes photos fonctionne ;D

29 janv. 2012

lagae a dit :

Oups, j'étais passé à côté de cette planche! Si la date de naissance de Nicolas est la même que celle de Baphéa, je suis plus vieux que toi, jeunot!^^

29 janv. 2012

baphea a dit :

Respect, mon vieux, parole de gamin ;p

29 janv. 2012

LittleEndian a dit :

Tiens, une des photos ne serait pas Paris 13ème ? (la cour intérieur au dessus du Paris Store ? XD)

Ah quel passé :s

29 janv. 2012

baphea a dit :

Eh oui, le 13ème, le quartier de mon enfance :) j'en ai gardé beaucoup de souvenirs… t'as habité là-bas aussi?

29 janv. 2012

LittleEndian a dit :

Oui ! Hahahaha ! Mais je n'en ai aucun souvenir, sauf qqs images furtives de ma maternelle et une cassette vidéo de la naissance de ma petite soeur ^^

29 janv. 2012

baphea a dit :

mdr bon, c'est vrai que vu nos têtes, y a rien d'étonnant à avoir vécu là-bas ^^! J'ai fait ma primaire et mon collège dans le quartier chinois, j'habitais boulevard Masséna dans l'une des hautes tours. Tiens, j'ai retrouvé une photo de mon école, peut-être étais-tu en maternelle là-bas? XD

http://2.bp.blogspot.com/-el180h9CB9c/TyUUzYoGYRI/AAAAAAAAAIo/RE0cqsqfloE/s1600/Untitled-1.jpg

29 janv. 2012

LittleEndian a dit :

Huhuhuh !

Non, ma maternelle est celle qui est presqu'en face de Tang Frère. Et ya une poste et un petit parc à côté ^^

29 janv. 2012

baphea a dit :

Ah oui, je m'en souviens pour y avoir été pour… je sais plus (une compét' de sport? Des cours de chinois?). Du coup, je croyais que c'était une école primaire ^^!

Et puis, Tang Frères et les canettes de Coca à 0,25 francs (0,4 euros), l'odeur du canard laqué et autres fritures, c'était un autre monde… inconcevable aujourd'hui XD ça a dû changer…

29 janv. 2012

lagae a dit :

Heu, 0,25 francs, ça fait pas 0,4 euros…( 40 cents), mais plutôt 0,04€…Non? Plus sérieusement, si cette planche est un tant soit peu auto-biographique, les évenements du Cambodge et le terrible génocide ont dû provoquer un traumatisme assez difficile à saisir pour ceux qui, comme moi, n'ont pas eu à vivre de telles expériences…En tout cas, c'est assez bien“vu”de nous rappleler ça (je suis pour le devoir de mémoire!) au moment où la France prépare une loi reconnaissant le génocide Arménien..

30 janv. 2012

baphea a dit :

oui, oui, ça fait 0,04 centimes d'euros, quel nul en maths je suis :p Sorry

Pour la loi reconnaissant le génocide arménien, comme la Shoah, elle interdit de remettre en question l'existence historique de ces massacres. Pour le Rwanda et le Cambodge, il n'y a rien du tout, n'importe qui peut dire que ça n'a jamais existé :_(

30 janv. 2012

Emrad a dit :

La semaine qui a précédé ce post j'ai eu un cours à la fac qui parlait justement des génocides. Et la notion du deuil et des fantômes. La prof est justement une cambodgienne rescapée des camps. On a parlé des films de Rithy Panh et de la reconstruction mentale des victimes et le devoir de mémoire.

Si j'avais su que t'étais cambodgien …

30 janv. 2012

Un visiteur a dit :

je suis deja allé en Thaïlande (2 fois ) c est superbe la bas <3

ma soeur y est allé et au Cambodge aussi elle trouve ça trop bien aussi <3

31 janv. 2012

baphea a dit :

Emrad > je ne sais pas si ça aurait pu “nourrir” ton cours à la fac, mais c'est vrai que, comme Rithy Panh, j'ai longtemps été hermétique à ma langue maternelle… mais comme j'ai quitté ce pays quand j'étais encore bébé, c'est un trauma inconscient que je traîne comme une vieille casserole dont je n'arrive pas à me débarrasser. Un ami m'avait proposé d'en faire une BD, mais rien que cette planche m'a fait souffrir… donc en faire une BD me parait être une montagne impossible à gravir…

visiteur > je n'y suis jamais allé, mais le temps faisant son effet, je me déciderai peut-être un jour à y aller pour retrouver mes racines <3

4 févr. 2012